Municipales 2020 à Paris : Un retrait pour une bite

Illustration Article

Le jour de la Saint Valentin, un pays se réveille en apprenant qu’un candidat à l’élection de la capitale, membre et soutenu par le parti majoritaire du pays, renonce à se présenter suite à la publication d’un échange, qu’il aurait eu avec une femme qui n’est pas son épouse, de messages à caractère pornographique. 

Dit comme ça, on pourrait croire à un épisode de Black Mirror. C’est pourtant la tragique histoire vraie qui se déroule sous nos yeux en ce 14 février 2020, à un mois du premier tour des élections municipales.


Depuis la publication de ces messages, et surtout depuis le partage massif de l’article qui en fait mention par plusieurs personnalités influentes sur les réseaux sociaux (on pense notamment au député Joachim Son-Forget qui se défend aujourd’hui d’en avoir été le principal relais hier (source supprimée par son auteur…), nous assistons à la chute d’un homme et à la destruction de sa carrière.

Nous observons aussi, médusés, les réactions de plusieurs personnalités qui accablent encore davantage cet homme, l’accusant d’avoir trahi ses propres valeurs, d’avoir trahi ses électeurs ou se moquant de l’homme en disant qu’il « n’a que ce qu’il mérite ».

Si, heureusement, beaucoup s’offusquent qu’un tel acte (celui d’avoir publié sur un site Internet, dédié au revenge porn et donc de fait illégal depuis la loi Pour une République Numérique de 2016, des vidéos envoyées dans un cadre privé à une femme a priori consentante) ait été commis en pleine campagne électorale contre un candidat de la majorité présidentielle, nous notons, avec inquiétude, que des messages tendant à excuser le revenge porn aient été publiés par des personnes élues de la République, par des journalistes, par des polémistes, sans l’ombre de la moindre présomption d’innocence.

Quel que soit le parti politique de la victime (et puisqu’il faut le préciser, ici la victime est Benjamin Griveaux et personne d’autre), quelles que soient nos réserves quant à son programme, quelles que soient les positions prises par le candidat ou son équipe, il est de notre devoir, en tant que parti politique, qui plus est militant pour les libertés individuelles, de nous ériger contre ce type de pratiques qui n’est en rien un argument politique recevable. 

Non, quelles que soient les circonstances, et c’est assez dingue de devoir le rappeler, mais on le fera autant qu’il sera nécessaire de le faire : UNE PHOTO DE BITE N’EST PAS ET NE SERA JAMAIS UN ARGUMENT POLITIQUE.

Ceci étant dit, au Parti Pirate, nous revendiquons le droit à la vie privée. Nous le revendiquons d’autant plus qu’il est de plus en plus atteint par des lois liberticides votées par ces mêmes élus qui, aujourd’hui, apportent majoritairement tout leur soutien à leur collègue.

La vie privée n’est pas politique, elle ne peut et ne doit être utilisée à des fins politiques que ce soit en faveur ou non de la personne concernée.

Mais la vie privée mérite une politique, et une véritable politique, qui repose sur des fondements sains et sur des actes réels.

Il est inadmissible de lire ou d’entendre qu’une personne ne devrait rien avoir à cacher, que cette personne soit élue ou candidate à une élection. Il est inadmissible de considérer qu’on ne peut avoir de vie privée lorsqu’on est engagé en politique. Il est inconcevable d’être attaqué sur des faits privés dès lors qu’on s’engage dans une campagne pour défendre un programme politique, quel qu’en soit le contenu. 

Incriminer les réseaux sociaux, dénoncer leur atteinte potentielle à la démocratie c’est se tromper lourdement de coupable. La faute ne repose pas sur l’outil mais sur les personnes qui en font usage et la façon dont ils l’utilisent pour semer le trouble, pour semer la terreur, pour détruire la vie d’une personne, son avenir, sa carrière…

Si la plupart des gens s’offusquent qu’une telle mésaventure arrive aujourd’hui à un candidat à une élection majeure, n’oublions pas que les anonymes, les quidams, les « autres qui ne sont rien« , subissent ce type d’atteinte à leur vie privée tous les jours dans l’indifférence la plus totale. 

Et nous constatons, avec amertume, que le programme défendu par le parti politique de la victime de ce revenge porn ne s’embarrasse pas avec le respect nos vies privées : Benjamin Griveaux proposait notamment, dans son programme pour Paris, la pose de 5000 caméras de surveillance, son parti politique souhaite le déploiement de systèmes de reconnaissance faciale partout dans nos rues, ses partenaires (MODEM) aimeraient mettre en place un système de publicité ciblée sur nos télévisions et n’est-ce pas LREM qui souhaitait il y a peu une identification des utilisateurs de sites pornographiques ? Ces exemples ne sont que des échantillons d’une politique liberticide en marche. 

Nous n’aborderons pas ici la loi Avia qui, si elle atteint profondément nos libertés individuelles, et principalement notre liberté d’expression, n’atteint a priori en rien notre vie privée et notre liberté à en avoir une.

Nous avons tous quelque chose à cacher. Néanmoins, même si ce n’est pas le cas, nous devrions tous avoir le droit d’avoir quelque chose à cacher.

Il va de soi que nous dénonçons sans aucune réserve la publication de ces messages et nous apportons, malgré nos différends, notre soutien à Benjamin Griveaux dans cette épreuve.

Les Pirates respectent la vie privée.
Nous, Pirates, protégeons la vie privée. Nous combattons l’obsession croissante de surveillance car elle empêche le libre développement de l’individu. Une société libre et démocratique est impossible sans un espace de liberté hors-surveillance.

Code des Pirates, Article II.