Les Pirates apportent leur soutien aux Gilets Jaunes

Lors de son Assemblée Permanente de Décembre, le Parti Pirate a acté son soutien au mouvement des Gilets Jaunes. 

Le Parti Pirate est un parti politique qui se définit comme laboratoire d’expériences démocratiques, la démocratie est son sujet de prédilection et les Pirates ont pour principale vocation la promotion de la démocratie, sous sa forme la plus pure, dans le débat public. Les Pirates prennent leur décision en appliquant les règles de la démocratie délégative (démocratie liquide, fluide), ils sont donc particulièrement sensibles aux revendications des Gilets Jaunes. Les Pirates ont donc décidé d’apporter un soutien de fond plutôt qu’un soutien de forme et sont ouverts à la discussion et au partage de leurs connaissances et de leurs acquis de l’expérience avec les Gilets Jaunes.

Contact : contact@partipirate.org

La motion voté par l’Assemblée Permanente de décembre est retranscrite ci-dessous.


Nous Pirates nous réjouissons de voir les citoyens se mobiliser pour défendre leurs convictions. De par leur organisation strictement horizontale, refusant toute gouvernance par représentativité et déléguant leur parole à des orateurs temporaires, ce mouvement se rapproche de notre idéal de démocratie liquide et de notre fonctionnement interne. Les Pirates n’ont pas de représentant, nous décidons collectivement de nos orientations en toute transparence via des outils de démocratie délégative libre de droits conçus sur mesure par nos membres.

Le Parti Pirate, conscient des enjeux économiques et sociaux contemporains, comprend les revendications du mouvement des Gilets Jaunes. Il tient néanmoins, comme la majorité des participants à ce rassemblement citoyen spontané, à dénoncer avec force les violences et les dégradations qui ont pu survenir sur l’ensemble du territoire, ainsi que les propos ou actes homophobes, racistes et misogynes.

A contrario des habituels soutiens purement politiques que le mouvement peut recevoir, le Parti Pirate souhaite apporter un soutien de fond et de forme en soumettant des idées que le mouvement est libre de s’approprier, de transformer dans l’optique d’une construction horizontale, dont le Parti Pirate a fait sa spécialité.


Une fiscalité équitable

Il est temps de revenir à une fiscalité plus juste où les impôts et les taxes bénéficieraient à l’ensemble du territoire au travers de services publics de qualité. Cet équilibre fiscal ne sera atteint que par une réflexion profonde sur la fiscalité tant locale que nationale afin de permettre une plus grand transparence : qui prélève quoi ? où les fonds sont-ils affectés ?

A l’heure où l’État attend de ses citoyens une totale transparence sur leurs revenus, l’équilibre ne se fera que si l’État est parfaitement transparent en retour.

Plus que jamais face à la disparité des revenus, le Parti Pirate souhaite que l’imposition soit repensée pour être plus équitable.

Les services publics profitent à l’ensemble des citoyens, qu’ils soient salariés, chefs d’entreprise, retraités, actionnaires… Chacun doit participer à hauteur de ses capacités et il est anormal qu’une partie du capital des revenus les plus hauts ne soient pas imposée.

Peut-être que la redistribution des richesses est un prérequis pour une vie en société apaisée, les écarts de revenus ne pourront probablement pas être abolis mais nous devons tous avoir une vie décente sans risque d’être touchés par la précarité. Les Pirates militent pour l’instauration d’un revenu de base permettant à chacun de vivre décemment et de ne pas avoir à faire le choix entre sa vie professionnelle ou sa vie de famille, sa vie associative ou son envie d’entreprendre.

Dans la poursuite de la logique de transparence fiscale, toutes taxes ou impôts environnementaux doivent effectivement servir à la transition vers une société soutenable. Les Pirates sont attachés à la mise en place effective d’une fiscalité verte tournée vers l’environnement et la stabilité sociale de notre pays.


Une société durable

« Le travail doit payer » est une formule vide de sens si elle n’est pas mise en balance avec la nécessité d’un monde du travail sans précarité. « Le travail à tout prix » conduira à la précarisation des travailleurs et donc à affaiblir le pouvoir d’achat.

Le Parti Pirate est conscient que le monde du travail est en pleine mutation avec l’intelligence artificielle et l’automatisation. Une crise de l’emploi touche déjà l’ensemble des secteurs et il est nécessaire de revoir profondément le système actuel afin de protéger de la précarité celles et ceux qui verront leur emploi remis en cause. Nous sommes convaincus qu’il faut former sur le long terme afin de faciliter la reconversion, ou encore permettre à tout le monde de gagner sa vie dans le cadre d’activités qui profitent à toute la société. Encore une fois, nous pensons que le Revenu de Base est une piste très sérieuse pour remédier à la baisse de rémunération du travail et aux accidents de la vie.

Pour gagner en pouvoir d’achat, il convient également de repenser notre manière de consommer. Face aux défis du changement climatique et aux mutations apportées par l’économie mondialisée nous devons plus que jamais consommer responsable, durable et local. Soutenir une économie de proximité, c’est permettre une production locale et bien souvent moins polluante. Repenser notre manière de consommer permettra de nous redonner du pouvoir d’achat.

Nombre de français sont soucieux de transmettre un monde vivable et viable aux générations futures. Nous sommes collectivement responsables de l’avenir de notre planète. Cet effort doit être porté par tous et mené avec ambition par l’État et l’ensemble des acteurs publics. Cela signifie également que ce poids ne doit pas être supporté uniquement par les classes moyennes.


Un service public solidaire

La qualité des services publics s’est dégradée depuis plusieurs années à grand renfort de coupes budgétaires. Certaines zones de France sont aujourd’hui éloignées de tout accès de proximité d’un hôpital, d’un tribunal ou des services sociaux. Il n’est pas normal de devoir faire plus d’une heure de route pour accéder aux mêmes services que les citoyens qui résident dans les zones urbaines, et il n’est pas normal de ne pas pouvoir bénéficier de transports en commun pour se rendre sur son lieu de travail ou à l’école. Le service public doit reposer sur un maillage de proximité. La numérisation à outrance n’est pas une solution viable et satisfaisante. Trop d’entre nous ne bénéficient pas d’une connexion internet de qualité, et beaucoup de français et de françaises ne savent pas utiliser des outils numériques ou se sentent en difficulté devant un ordinateur.

Cette déconnexion entre les besoins des populations et la présence réelle des services publics dans nos territoires trouve sa source dans une trop grande concentration des décisions à Paris. Il est temps que le pouvoir de décision redescende au plus près des usagers. Nous pensons que les collectivités territoriales les plus proches des citoyens doivent être en capacité de maintenir à tout prix les services publics régaliens tels que la santé, l’assistance sociale, l’éducation, les transports… C’est en confiant la gestion de ces services, et donc de leurs budgets au plus près des citoyens que nous pourrons mettre en place un service public de qualité et de proximité.


Une gouvernance collective

Nos institutions ne correspondent plus à la vision que nous nous faisons aujourd’hui d’une véritable démocratie. Notre modèle doit évoluer, il doit être plus dynamique, plus efficace et plus transparent, plus accessible, plus proche de chacun d’entre nous. Nous ne pouvons plus nous permettre de laisser nos représentants à la merci d’influences trop souvent invisibles aux yeux du grand public. Nous avons les moyens de cette transparence, et nous avons le pouvoir de réformer le système démocratique pour ne plus laisser une minorité prendre des décisions en notre nom, et qui engagent chacun d’entre nous.

Nous, Pirates, souhaitons apporter aux Gilets Jaunes nos revendications et notre aide pour que ce mouvement ne nous amène pas vers une révolution qui ne peut que nous faire régresser mais plutôt vers une réforme en profondeur de nos institutions afin de rendre le pouvoir du peuple au peuple. Notre mouvement s’inscrit dans une pensée libertaire qui implique que chacun puisse exercer ses droits et bénéficier de services publics de qualité et de proximité de manière juste et équitable.