Sabordons l’état opaque

La Démocratie ne peut naviguer qu'en eaux claires. Sabordons l’état opaque !
La liste des emplois fictifs s’agrandit, les sommes concernées ont passé la barre du million et il est probable que d’autres enveloppes apparaîtront… Soit. Il ne s’agit pas de clôturer les comptes, ni de jouer au jeu des boules puantes, encore moins d'entrer dans une chasse aux sorcières qui éclabousserait les plus intègres. Nombres de députés et d’assistants font honnêtement leur travail, nous en sommes conscients.

Alors, dressons un bilan. Que nous apprend l’affaire Fillon? Que la circulation de l’argent public est absolument opaque. Que nous ne savons rien de la façon dont est dépensé l’impôt du contribuable. Que si le citoyen doit toujours plus exposer sa vie devant l’état, la réciproque n’est pas vraie. Que nous ne pouvons rien cacher, mais rien savoir non plus. Edward Snowden n’a de cesse de nous alerter sur ce déséquilibre et sa dangerosité.
Il faut inverser la barre.
Ce n’est pas le citoyen qui doit rendre des comptes à son élu, mais bien l’élu qui doit rendre des comptes à celui qui l’a mis en poste et qui le paie.
Pour cela, des solutions existent, réalistes, peu onéreuses et Julia Reda, la députée Pirate au Parlement Européen a ouvert la voie. Exigeons des élus et de leurs équipes qu’ils publient leur agenda en ligne. N’importe quel fonctionnaire doit rendre compte de son emploi du temps et apporter ses notes de frais, alors pourquoi pas eux ? Savoir plus facilement qui est présent à l'Assemblée, quels sont ses votes et comment il ou elle dépense l'argent nous permettrait de mieux connaître nos élus et ainsi, de mieux les choisir lors des élections .
La Démocratie ne peut naviguer qu'en eaux claires. Le Parti Pirate lutte et luttera dans cette direction. Ensemble, sabordons le système opaque de la Vème République!
Avec le Parti Pirate, soyez candidat aux législatives 2017 ! : https://2017.partipirate.org.