Grâce à Christophe Grébert, depuis 10 ans, nous sommes tenus en haleine par les tribulations d'un "putéolien qui a décidé de l'ouvrir", et qui maintenant "résiste". Malheureusement, l'acharnement de la mairie de Puteaux à son endroit risque d'arrêter ce lanceur d'alertes ô combien nécessaire. Le Parti Pirate adhère à son comité de soutien.

Avec son blog Monputeaux.com, les clochemerles, les méandres municipaux nauséabonds ou drolatiques, les soupçons appuyés de clientélisme à outrance, les péripéties locales et judiciaires n'ont de secret pour personne à Puteaux — à condition d'être internaute.

Depuis 10 ans donc, Christophe se bat, d'abord comme simple citoyen, et depuis les dernières élections municipales, comme élu d'opposition (Modem) au conseil municipal dans ce qui est, grâce à La Défense, une des communes les plus riches de France.

Depuis 10 ans aussi, Christophe est la cible de plaintes multiples, réitérées, acharnées même, par le maire du moment, l'équipe municipale, ou des employés municipaux. On a même été jusqu'à l'accuser publiquement de pédophilie pour avoir pris des rosiers en photos ! Pendant ces 10 années il a régulièrement subi injures homophobes, parfois dans l'enceinte même du conseil municipal (à l'ambiance nous n'en doutons pas cordiale, chaleureuse et posée, comme il sied au fonctionnement normal de la démocratie)… Il a même récemment été expulsé sans raison valable aux yeux de la République par des policiers -municipaux- alors qu'il posait une question à Madame la maire en rapport avec les révélations apportées par le Canard Enchaîné sur des fonds putéoliens et douteux étrangement en voyage au Luxembourg. 

Pourtant, son blog Monputeaux pourrait rapidement disparaître. Pourquoi ? Parce qu'après les multiples procès, le dernier coup d'éclat du coupable Grébert a été de démontrer que la moitié des élus UMP du conseil municipal, comme des responsables municipaux ont été ou sont encore logés dans des logements "sociaux" de la ville. Cela laisse un arrière-goût bizarre à la gestion du logement social à Puteaux quand 3000 dossiers y sont en attente d'un appartement. Problème : les personnes concernées poursuivent maintenant Christophe pour atteinte à la vie privée, et le prévenu Grébert, lui, est au bout de sa résistance personnelle et financière.

« Heureusement, Christophe et des putéoliens ont choisi de réagir ! » tonne Denis Germain, co-fondateur du Parti Pirate, qui adhère au comité de soutien. « Son travail à Puteaux ne me fait regretter qu'une chose : c'est que d'autres municipalités du 92, que ce soit Suresnes où j'habite, mais aussi Levallois, Boulogne, Courbevoie, Issy pour ne citer qu'elles, n'aient pas toutes un Christophe Grébert local pour dénoncer avec la même rigueur ce qui cloche dans la gestion et la démocratie municipale. Certaines ont des citoyens courageux qui se battent tout autant que lui, heureusement, mais c'est symptomatique et insuffisant. La transparence de la gestion publique, l'accès de *tous* aux dossiers, leur examen contradictoire et leur publicité sont indispensables à une gestion claire des deniers publics et au respect des règles communes dans notre état de droit. Nous en sommes loin ! »

« Sans lanceurs d'alerte tels que Christophe, » poursuit Denis Germain, « sans associations telles Anticor qui le soutient aussi, et tous ceux qui œuvrent dans les Hauts-de-Seine comme ailleurs en France (Strasbourg l'a rappelé dernièrement), pour chasser le népotisme, le clientélisme, les marchés truqués voire les pratiques franchement mafieuses de roitelets locaux, alors que la chasse est déclarée ouverte contre les lanceurs d'alerte même au parlement, notre démocratie déjà bien malade serait en réa, voire en coma dépassé. » 

Christophe a donc réagi. Un comité de soutien s'est créé, présidé par un autre putéolien qui "résiste", rejoint déjà par 400 autres supporteurs de Puteaux et d'ailleurs, des blogueurs, Anticor déjà citée, et maintenant le Parti Pirate.

Extrait du blog Monputeaux.com :

« Face à la multiplication des procès lancés contre Christophe Grébert par les élus UMP de Puteaux, des habitants de Puteaux ont décidé de lancer un Comité de soutien.

Une association "Comité de soutien à Christophe Grébert, pour la défense de la démocratie et de la liberté d'expression à Puteaux" est créée. Le comité est présidé par Edouard-Olivier Renard, habitant de Puteaux et chef d'entreprise.

Cette association permettra de lancer des actions, notamment judiciaires, et de recueillir les fonds nécessaires pour financer ces actions.

ENVOYEZ VOTRE DON PAR CHÈQUE À L'ORDRE DU "COMITÉ DE SOUTIEN À CHRISTOPHE GRÉBERT" à l'adresse :

Comité de soutien

C/O JB PAULET

69 Avenue du Général de Gaulle

92800 Puteaux

Si vous voulez soutenir ce Comité de soutien en relayant ses informations, rendez-vous sur la page Facebook du Comité : www.facebook.com/SoutienGrebert

Si vous voulez adhérer au comité de soutien, envoyez un message avec prénom, nom et ville à monputeaux @ gmail.com »

 

27 mars 2012.